mercredi 7 novembre 2007

Ce n'est pas la source du problème...

Pour faire un peu suite à mon idée du message précédent, je continuerai un peu dans la même veine. Étant le digne fils d’une ex-enseignante, des histoires parents-enfants-professeurs j’en ai vu, vécu, connu, entendu de toutes les couleurs, styles et niveau de monstruosité. Je me rappelle très bien qu’avant de prendre sa retraite, ma mère en relatait de plus en plus.

Des parents qui espèrent "domper" leurs enfants à l’école et les ramasser quand ils seront éduqués. L’école est là principalement pour donner une formation académique et non pour élever les enfants. L’élevage c’est à la maison (ou à l’étable), pas à l’école. Le savoir vivre, la politesse, les valeurs fondamentales de la vie devraient être enseignées par les parents. Faut arrêter de croire que l’école est la réponse à tous les problèmes que vous avez avec vos enfants, s’agit fréquemment de problème interpersonnel entre le parent qui s’en fout et l’enfant qui cherche de l’attention.

J’ai eu la chance, d’assister à quelques rencontres de parents dans la classe d’une amie enseignante. Mon amie est une fille d’une patience exemplaire, douce et bonne. Ce soir là, pour la première fois je l’ai vu pogner les nerfs. Se fâcher et hausser le ton après des parents qui la blâmait ELLE parce qu’elle donnait trop de devoir à leur fils et que EUX n’avaient pas le temps de faire tout ça avec lui. « On a pas juste ça à faire nous madame, on est pas tous profs, on travaille ». J’ai vu les poignards dans ses yeux à ce moment.

J’ai quelques amies dans le domaine de l’enseignement et j’ai deux (merveilleuses) jeunes cousines qui étudient présentement pour le devenir. À elles, je lève mon chapeau. Elles sont enthousiastes et passionnées par ce qu’elles font. Réussir à garder le cap malgré une réforme en pleine réforme qu’on réforme avant même qu’elle soit réformée, avec une ministre qui n’a fichtrement pas le début de la moindre idée de ce qu’elle fait (une pauvre conne comme dirait certaines…). Quand ce qui devrait être ta ligne directrice, la personne qui devrait rassembler fait la girouette, ça ne doit pas être évident à suivre.

Bref, en voyant la passion qui émanent d’elles lorsqu’elles en parlent me rassure sur une réforme que tant se plaisent à critiquer ne la connaissant même pas.

Lâchez pas mesdames vous êtes mes idoles.

Faudrait arrêter de parler de la réforme scolaire et commencez à penser à une réforme parentale...

14 commentaires:

The BearWa|keuse a dit...

Tout à fait en accord avec toi! C'est facile de mettre tout sur le dos du prof pour ne pas avouer que le problème, c'est nous (le parent)!

MoonLady a dit...

Bien d'accord ! Les horaires de travail des parents maintenant ne permettent plus trop trop de passer du temps de qualité avec les enfants... Regarde, moi je travaille de 8h à 5h ... je dois aller porter mon fils max à 6h50 pour arriver "flush" au bureau ... et encore là ... et le soir je vais le chercher vers 5h45 et il se couche à 7h30 ... ça donne quoi comme temps dans une journée ?!

Ça va être quoi à l'école ?!

Les profs, la blonde à mon père l'est et mon père est un ancien directeur ... je leur lève mon chapeaux aux deux ...

Très bon billet mon cher ;) xox

Babs a dit...

Depuis leur tout jeune âge, j'éduque mes garçon sur ce qu'est le respect, la politesse, la générosité, l'entraide, l'autonomie, la responsabilisation. Tous pleins de bonnes valeurs que les parents laissent souvent le soin à la garderie et l'école de leur montrer. La génération d'enfant-roi ne vient pas d'une autre planète...

Le plus difficile dans cette éducation avec mes gars c'est de la maintenir puisqu'ils ont un paquet de mauvaises influences au moment où je ne suis plus à leur côté par l'intermédiaires des autres enfants.

Bien entendu, le fait d'être monoparentale et de devoir travailler à temsp plein comme tout le monde fait que je passe pas un temps énorme avec eux versus la garderie et l'école. Aussi, cela exige beaucoup d'énergie de ma part mais je me dis que cette énergie que je mets en ce moment va être un jour récompensée au centuple. Et que dire de ma fierté quand un enseignante, une éducatrice ou peut importe l'adulte qu'on rencontre me mentionne à quel point mes enfants sont bien élévés. Pour le moment, voilà ma récompense.

Marie-Andrée a dit...

Il en faudrait plus des gens qui ont ton opinion sur notre travail. Réforme ou pas, la question est de savoir ce qu'on peut faire avec des enfants "pockés" par des parents qui croient qu'un enfant ça s'élève tout seul et sans être présent. De voir tous les jeunes qui ont des troubles de l'attachement, c'est d'une tristesse...

Je comprends les parents qui doivent travailler fort pour arriver à faire vivre leur famille, mais l'éducation qu'on donne à nos enfants est un investissement pour plus tard. Avoir des enfants c'est se sacrifier et leur donner le meilleur de nous-même (à commencer par notre affection et notre attention).

Comme tu le disais si bien, ce ne sont pas des bibelots qu'on exhibe quand ça fait notre affaire!

*La Souris* a dit...

Pour plusieurs, tout ça commence à même la garderie... Une grande partie des parents mettent leurs petits à la garderie à l'âge d'un an... Quand c'est pas plus tôt! Et je dois dire qu'avec un mini congé de maternité d'un an, tu vas pas très loin mais même en ayant le choix, plusieurs parents choisiraient la job de bureau au lieu de passer du temps avec leurs enfants.Ils s'attendent donc à ce que les autres les élèvent.

Karine a dit...

Re-Amen!!

;)

pascalou a dit...

tu m'inspire, Francis... tu m'inspire...

david, rockstar a dit...

OUIN! On devrait faire passer des examens de français aux parents aussi!

unautreprof a dit...

"malgré une réforme en pleine réforme qu’on réforme avant même qu’elle soit réformée"
Mon Dieu que c'est vrai!

Pleione a dit...

Amen!

Et si les parents accepteraient de sacrifier un peu de leur salaire (passer moins de temps au travail) et leur vie sociale pour passer un peu plus de temps avec leurs enfants, ça l'aiderait probablement à éduquer des bonnes valeurs.

Le prof a un rôle à jouer, c'est certain. Mais la base et le fondement, c'est les parents qui doivent les montrer.

le couz a dit...

est-ce que tu vois le mot enseigner dans parent? moi je le vois pas mais je le vois dans enseignant.

Francis a dit...

@ Le Couz : Mais quel est ce commentaire d'attardé mental ?

Véronique a dit...

Ma mère à moi aussi était prof, elle est retraité depuis septembre... Des histoires d'horreur j'en ai eu mon lot. Du genre de demander des trucs à la mère d'une élève en difficulté pour l'aider, et de se faire répondre qu'elle n'en a aucune idée et que de toute façon, en tant que prof elle la connait plus qu'elle! Ça c'est sans compté les nombreuses fois où les parents blâment les profs à la place de leur enfant. J'espère que ces mauvais exemples, feront réfléchir les parents aujourd'hui et aussi dans le futur.

Ma mère disait lorsqu'elle enseignait: un seul bon élève par classe réussi à me motiver pour le reste de la classe qui ne fonctionne pas bien. C'est poussé à l'extrême, mais on comprends bien qu'enseigner c'est maintenant une vocation plus que ça ne l'a jamais été.

Chocolyane a dit...

« On a pas juste ça à faire nous madame, on est pas tous profs, on travaille ».

Ah, parce qu'être prof, c'est supposé être un loisir et non un travail?

Eh ben, profs de se monde, arrêtez de chialer, hein?!

(C'était sarcastique, en passant)