mardi 23 octobre 2007

Une première... et une troisième

Mon travail comporte une très grande partie de service à la clientèle et de service après-vente. Chez mon précédant employeur pendant près de 7 ans j’ai été en charge de tous les comptes majeurs. Tous les cas problème et tous les clients difficiles passaient par moi car j’étais un expert pour désamorcer des situations potentiellement explosives, calmer des clients en crisse, ça me venait naturellement. J’en ai vu beaucoup et j’ai très rarement perdu patience (du moins pendant l’appel, après c’est une toute autre histoire).

Aujourd’hui, pour la première fois depuis que je fais ce genre de travail, j’ai raccroché la ligne au nez d’un client et ce en plein milieu de sa phrase en plus d’être désagréable volontairement.

Mise en situation : Depuis vendredi PM c’est la livraison finale d’une commande chez un client et il y a des petits problèmes… Non, ça ne fonctionne pas pantoute, ça va crissement mal, ce qu’on livre est trop grand pour l’espace, c'est de la crisse de bouette. Il veut me tenir responsable du fait qu’il ne m’ait pas transmis les bonnes informations et que j’aurais dû deviner ce qu’il voulait.

Client encore pompé « La ligne à coupée »
Francis « Non, c’est moi qui t’a flushé » et j’ai raccroché de nouveau.

30 secondes plus tard il persiste et tente un troisième appel.

Client « C’est quoi ton problème »
Francis « Depuis vendredi après-midi que tu me blâmes pour des erreurs que TU as fais, que tu dénigres le travail que j’ai fait et me traite d’incompétent, pour je le répète toutes des erreurs qui sont TES erreurs, mon dossier est sans reproche et que t’écoutes pas quand j’essaie de t’expliquer ou te t’apporter des solutions».
Client « Écoute ben, c’est moi le client pis je vous donne pas mal de job, fais que tu vas changer ce que je veux »
Francis « Désolé, tu ÉTAIS un de mes clients, je n’ai plus aucune envie de te servir ça mène à rien. Au pire fais le toi-même, ça fait 2 jours que tu me dis comment faire ma job, moi j’en ai plein l’cul, bye ». J’ai raccroché et je n’ai plus pris aucun appel du reste de l’après-midi.

J’étais en crisse comme rarement je l’ai été. J’avais les ongles plantés dans les appuis-bras de ma chaise, je grugeais le combiné, j’ai brisé en 2 le crayon que j’avais entre les doigts (ok pas très viril péter un BIC) et j’ai brisé la « spacebar » sur mon clavier en pressant un peu légèrement trop fort dessus à la fin de l’appel (ok en vargeant dessus comme un épais). En maudit au point où j’ai eu de la misère à fonctionner pour le reste de l’après-midi. Une chance qu’il n’était pas à porté de mains, je l’aurais étripé.

Alors en plus de le faire pour la première fois, je l’ai fait 3 fois en ligne. Je ne fais rien à moitié. Mais mon problème c’est que ça ne m’a pas fait me sentir mieux pour autant.

Et c’était un osti de français (désolé à tous les autres osties de français).

13 commentaires:

Yano a dit...

T'es dû pour baiser l'gros.


Je sais que tu as la confiance absolue de ton supérieur, mais, t'es "game" en tab*****!

Si ça ne t'amène pas de problèmes, je te dis bravo. Vraiment, bravo. Pour toutes les fois où on doit se retenir de dire ce qu'on pense vraiment.

Anonyme a dit...

Faut ça sorte un moment donné.. je bosse également dans un truc comme toi pis oui on mange d'la m**** souvent faque c'est normal de péter une coche ...

Bravo!

Mlle Isa

AMBRE a dit...

Un peu facile Francis...

Pour les difficultés de communication que vous avez eu, non!!!

Pas facile, l'espace...

C'est drôle, j'ai aussi eu un problème à la job vendredi après-midi...mais avec une machine...imagine...elle a comptabilisé mon envoie 7 heures trop tôt (merci à mes diverses rôles de vie qui peuvent prouver l'impossibilité!!!) et a crée des pertes...et pas juste à moi!!!

C'est pas facile de contrer une preuve écrite et comptabilisé sur ordi...et je n'aurais jamais cru que cela pouvait être possible.

Reste à espérer que je n'aurais pas faire faire une enquête!!!

Pis pour une française en plus...:)

Il va falloir qu'il apprenne à ASSUMER c'est français!!!

Good luck...

Mais par 3 fois, ho la la li...

dean a dit...

Tu connais la loi du 80/20? Elle s'applique dans bien des situations. Dont le travail avec des clients.

C'est toujours 20% des clients, les meilleurs, qui sont biens, et qui amènent 80% des revenus.

Si tu flushes ce con, t'as bien fait. C'est ça que je veux dire. Il fait partie des 80% de cons qui t'amènent seulement 20% de tes revenus.

Gen a dit...

Contente de savoir que je suis pas seule à faire ce genre de truc ! Où je travaillais avant on avait des formations sur ''Comment gérer un client difficile'' incroyable ce genre de formation ne devrait pas existé...Mais pour en revenir a ton histoire moi aussi je te dis Bravo ça suffit le niaisage !

P'tit Rien a dit...

Écoute, t'as fais ce que t'avais à faire.

Des fois, faut lâcher le trop plein. Y'a des clients juste trop exaspérants.

Personnellement, j'aime bien péter ma coche sur mes fournisseurs. Ahhhh c'est tellement jouissant de gueuler après des gens travaillant dans d'anciens endroits ou j'ai moi-même travaillé! Ouiiii!!

Bref, t'as ben fait, et j'approuve! xoxox

Client en crisse a dit...

Écoute ici tu ne peux pas raccrocher! et ou je t'ai retrouvé mon caliss. Tu n'as aucun sens de l'éthique et j'en ai parler a ton suppérieur, en tout cas je ne donne pas cher de ta job mon maudit incompétent.

Client en crisse

Chocolyane a dit...

Two thumbs up.

Et j'espère que le message avant moi, c'est un de tes amis qui te fais une joke... ;o)

Marco Bergeron a dit...

Françis...good job!! Est-ce que ton boss t'en a parlé?

Waitress a dit...

Wow. Bravo, en mon nom et en celui de tous ceux et celles qui travaillent au public et qui n'osent pas faire ce que tu as fait ! Tellement de fois où j'ai espéré pouvoir dire à mon client que c'est lui l'épais, où j'ai pensé très fort à une réplique cinglante à lui enfoncer entre les dents. En gardant le silence et ma rage à l'intérieur. Plutôt que de recevoir une formation sur le désamorsage de situation difficile avec un client insatisfait, les employeurs devraient plutôt nous former afin que tout le monde sache vivre après avoir puncher out!

BabS a dit...

Il m'est arrivé une fois quand je travaillais avec le publique comme ciassière de tellement être en crisse après un client qui me rentrait dedans en paroles que j'ai fini par lui dire d'aller ailleurrs car je ne voulais pas le servir. Il s'est mis à m'engueuler et jai continuer a servir les clients après lui comme si de rien n'était. Quelle satisfaction je me rappelle!!

En passant je t'envoie l'adresse où mon blog a déménagé, au cas où: www.montagnes-russes.blogspot.com

Benc a dit...

"Client en crisse" ça aurait pris un p'tit accent français!

Moi, je l'ai pas pantoute. Je laisse mon boss dealer avec les fatigant. J'en ai une en ce moment qui est en retard et qui me dompe de la job à 16h30 à faire pour le lendemain parce que le deadline est lundi.

Pour le clavier, un chroniqueur en techno a déjà dit que de varger sur un clavier, ça fais du bien. Et pour 10$ chez Future Shop, c'est plus économique qu'un psy.

evelyne a dit...

ouf....c'était pas un Belge....
;-)
C'est étrange...à l'approche de lhiver, chez nous aussi , la proportion de connards chiants augmente...et puis....ben...on les supporte de moi en moins aussi....ça doit être lié à la météo ou un truc comme ça....
;-)