dimanche 19 août 2007

C'était le point final

Vendredi soir j’étais supposé revenir tôt pour pouvoir accomplir ce que j’évitais et repoussais depuis le début de la semaine. Je me devais de rentrer et de vraiment le faire. On m’a demandé dans la semaine « T’écris bien toi Francis, j’aimerais que tu écrives quelque chose, je suis sur qu’il aurait tellement aimé ». Oui peut-être, mais je ne voulais plus. Je ne savais pas quoi dire du tout. Y aller de phrases clichées habituelles peut-être ?

Je ne bois pratiquement pas. Mais vendredi vers 19h, je suis arrêté chez des amis pour un 5 à 7 qui s’éternisait… et que j’ai étiré jusqu’à 3h00 a.m. Fuck le texte. Je veux pas. J’ai mal, encore.

Samedi matin arrive plus tôt que prévu, je dois déjà partir. Je cherche mon texte, ne le trouve évidemment pas car il n’a jamais été écrit. Mais il a tout de même fallu que je m’exécute. Avec les papillons du public et le motton dans la gorge, je pense bien avoir dit quelque chose du genre.

« On m’a demandé d’écrire et de venir lire un texte que j’aurais fait en pensant à Éric. La partie penser à été faite, mais la partie écrire s’est perdu entre 2 bouteilles de rhum hier soir. Quelqu’un m’a dit « Tu bois pour oublier ce soir ? »… Oublier les bons moments que nous avons passé ensemble. Oublier qu’à notre première rencontre je le passais en entrevue et ne voulait pas l’engager. Oublier tous les soirs ou nous sommes sortis faire la fête jusqu’aux petites heures. Oublier toutes les histoires, les scénarios d’Hollywood que l’on inventait pour le plaisir de niaiser les gens. Oublier les parties de golf ou les cascades en cart électrique étaient en elle-même beaucoup plus amusante que le golf lui-même. Oublier la musique à tue-tête dans la voiture en chantant, non plutôt en faussant comme des malades. Oublier que c’était le meilleur des gars. Oublier qu’il était toujours disponible à n’importe quelle heure du jour comme de la nuit. Oublier qu’il était là pour me remonter le moral quand ça allait tout croche. Oublier que c’était le meilleur des chums qu’un gars puisse avoir ?

Non je n’ai pas bu pour oublier, je ne veux pas oublier. J’ai bu pour me donner une raison de contourner, repousser ce qui était l’inévitable. Qu’écrire ces mots ce serait la dernière chose que je ferais pour lui. »

Boire pour oublier je n'y crois pas.

--------------------------------------------------------

Et ce soir, malgré mon air abbatu par le manque de sommeil des derniers jours et par la situation, je suis arrêté à la pendaison de crémaillière de Num et Djue (que je ne connaissais même pas et qui m'ont invités). Mais ils sont sympathiques comme tout ces deux là. Même si ça n'a pas trop paru, ca m'a fait du bien de rire et sourire avec des gens fort intéressants. Merci.

20 commentaires:

Dame Galadriel a dit...

Très touchant...

Annie a dit...

Wow...tu penses aussi bien que tu écris.
Mes condoléances...
www.ipucenini.spaces.live.com

Bouddica a dit...

wow..vraiment très beau, très juste...

The BearWa|keuse a dit...

C'est vraiment bien que t'aies pu dire tout ça, ça prend vraiment du guts, et franchement, je pense que rien n'aurait été aussi beau et aussi sincère que ce que tu as dit. Bonne chance pis lâche surtout pas.

Razberry a dit...

Je crois que cest le meilleur texte que tu pouvais leur livrer. Vrai est plein d'Émotions!

Christelle a dit...

ça ma mis les larmes aux yeux... :( hope you feel a bit better... xoxox christelle

Mélissa a dit...

Quelque chose du genre... je dirais quasi mot pour mot c'est ce que tu as dis. Aussi poignant à lire qu'a l'entendre. C'était tellement plein de vrai. Merci.

Mélissa xx

Kara a dit...

Tu vas pouvoir passer à une autre étape maintenant et continuer de vivre un "semblant" de comme avant...

On déclare-tu officiellement que c'était la dernière brique qui te tombait sur la tête cette année, ça ?

Kara a dit...

Francis, j'oubliais. Je n'ai rien trouvé sur les pingouins angora se reproduisant en Amérique du Sud, mais je crois avoir trouvé quelque chose sur les pingouins angoras qui se reproduisent probablement en Chine une fois de temps en temps... (!!)

http://pingouinangora.blogspot.com/

Marie-Jo a dit...

Très touchant...y'a pas un texte écrit et réfléchi qui aurait été aussi vrai et plein d'émotions.

Je te souhaite la paix et la sérénité malgré les derniers évènements... et une vie remplie de plein de bonnes et belles choses pour toi.

djue a dit...

On est très contents que tu sois venu faire un petit tour malgré tout, Francis. On te watchait sourire de temps en temps et ca nous faisait plaisir.

À la prochaine !

xxxxxx

Julie a dit...

Il te manque la fin qui disait qu'il n'y avait probablement pas assez d'alcool sur terre pour te faire oublier.
Merci, c'était parfait.
Ju

Mercredie a dit...

ton texte est touchant... je suis émue.

AMBRE a dit...

Un texte selon moi très dur (à vivre...) et très bien écrit...bon courage dans ces moments pénibles dans lesquels en ressortiront, je te le souhaite, beaucoup de bien!!! Tu rends tellement bien les émotions dans tes textes...et pour ça merci...et bravo!!!

Isapooh a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
isapooh a dit...

Très touchant ce texte...!

mylarie la paploute a dit...

C'est toujours mieux quand ça vient comme ça vient, à mon avis.

Toutes mes condoléances et non, il ne faut pas oublier.

Courage xx

P'tit Rien a dit...

Ton texte écrit et/ou non écrit est touchant...

Parfois, le silence reste le meilleur des textes. Mais dans ton cas, même dans tes silences, tes mots nous transporte.

xoxox

jef a dit...

*sans mots*

Que rajouter de plus à cet hommage ??

Pleione a dit...

T'as raison, on ne boit pas pour oublier, pas pour chasser ses bons moments. On veut plutôt fuir la dure réalité qui les accompagne.