vendredi 10 août 2007

Continuer c'est l'inévitable

“Staring down th barrel of a .45
Swimming through the ashes of another life
No real reason to accept the way things have changed
I’m starring down the barrel of a .45”

Frustré d’une part je le suis encore. Par le geste et par la manière. Dire que je n’ai jamais moi-même pensé de commettre ce geste serait mentir. Du noir j’en ai broyé mon lot dans les dernières années. Mais j’ai aussi connu des gens qui se battaient de toutes leurs forces pour la garder cette vie. Certain l'on gagné, certaine l'on perdue. Le cadeau est précieux il faut l’honorer.

Toujours dans les moments les plus sombres, un geste, un mot, un sourire et même un coup de pied au cul bien administré par une personne qui nous est chère nous remets les idées en place et nous fait réaliser que la vie vaut la peine d’être vécue.

C’est difficile voire même impossible de comparer nos problèmes avec ceux des autres. Une peccadille pour nous sera une montagne pour un autre et vice versa. Il y a des gens qui ne sont pas capables de gérer l’adversité, alors ils croient que tout est fini alors qu’il n’en est rien. Chaque épreuve sollicite une partie différente de notre être et chacun d’entre nous n’avons pas nos forces aux mêmes endroits. C’est au moment où l’une de ces faiblesses est atteinte que l’insurmontable montagne prend forme.

Facile de dire « Il aurait dû demander de l’aide ». La théorie du geste est en effet simplissime, mais tellement difficile en même temps. Paraître et apparaître faible dans la société actuelle est probablement une des choses des plus difficiles à contourner. Société de compétition s’il en est une, on en demande toujours plus, on repousse les faibles et faisons place aux plus forts. Je ne critique pas la société et n’essaie pas de rejeter le blâme sur quiconque pour ce qui s’est passé. Dans ce geste, il n’y a toujours qu’un seul coupable.

Le sage et les amateurs de phrases toutes faites et préfabriquées diront que cette épreuve à été mise sur ma route pour me faire grandir et que j’en apprendrai probablement une autre bonne leçon de vie. Pour l’instant ces personnes je leur pisse à la raie car j’aurais bien pu me passer de celle-là et vivre une vie tout aussi convenable.

J’ai perdu un de mes meilleurs amis, un des rares que je côtoyais fréquemment. On se voyait toutes les semaines. Notre dernière rencontre aura été un Mazda-Sauna qui fut tellement hilarant. Les pourquoi ont ne peut y répondre, ceci est ma façon d'essayer de comprendre même si je sais qu'au fond le secret restera à jamais.

Mais ce qu’il y a de certain, ce qui est toujours difficile, c’est qu’avec ou sans lui, la vie elle continue.

14 commentaires:

Patq a dit...

Oui la vie continue, mais je ne suis pas d'accord de dire qu'elle continue sans lui. Sa faiblesse deviendra ta force. Il est toujours là.

Mijestam a dit...

C'est dommage que ce geste soit LA solution à une paix tant recherchée pour beaucoup trop de gens... Tous ne reçoivent pas les outils nécessaires pour l'affrontée cette vie avec tout ce qu'elle implique, malheureusement... Et même si les plus proches auraient tout donné pour pouvoir les aider à s'en sortir, le dernier mot, le dernier pas n'appartenait qu'à lui... Je suis vraiment désolée que tu aies à traverser une autre grande tristesse. :(

Karyne a dit...

Et oui... elle continue... mais une chose est certaine, non elle ne continue pas sans lui.. il reste la, dans ton coeur, dans tes pensées.. comme tu m'as si souvent dit concernant ma situation, il restera toujours présent en toi.

un gros calin Francis..

Christelle a dit...

:(

take care of yourself in this tough time... xox

Isapooh a dit...

Ce ne sera pas facile, mais oui, elle continue.

Tu as maintenant deux anges qui veillent sur toi...!

Gros câlin! Prends soin de toi! xxx

David, Rockstar a dit...

Se demander pourquoi c'est la pire chose à faire. On se torture à trouver des réponses qui n'existent pas. Faut apprendre à vivre avec un choix qui n'aurait pas du être pris et essayer d'honorer sa mémoire en se rappelant les bons souvenirs. Pas facile, chiant, long... je sais, je connais ça aussi.

Zen-abelle a dit...

C'est touchant ce que tu as écrit...

P'tit Rien a dit...

Tu sais, dans la vie, on a quand même le droit de choisir la mort... Mais quand on la choisit, c'est ceux qui restent qui ne comprennent plus rien.

Moi, j'ai choisis à une époque lointaine, de vivre. Je me suis battue. J'ai vaincu. Mais malgré tout, je comprends que quelqu'un puisse choisir la mort...

Tu ne peux que le pardonner, et surtout ne pas te sentir coupable. Malgré tout, il a fait son choix.

Puisse la paix revienne dans ton coeur, cher Francis... xoxoxo

Vava a dit...

Je crois qu'il est tellement douloureux de vivre une telle épreuve, surtout lorsqu'elle laisse autant de questions en suspend, qu'aucune phrase, aucune parole ne peut vraiment aider.

Malgré tout, je peux te dire que le le temps peut, tranquillement, rendre la douleur moins pénible.
Une oreille attentive aussi peut être d'une grande aide, partager notre peine permet de l'évacuer un tout petit peu. Bon courage Francis.

iamwormbuffet a dit...

J'ai pas de phrase brillante là là, mais effectivement elle continue la vie. Pis bien que tout soit là pour nous faire grandir, je trouve que desfois je préfèrerais grandir d'une autre manière...

Marie-Andrée a dit...

Des fois, malheureusement, il n'y a rien à comprendre. C'est ce qui fait que c'est si dur pour ceux qui restent. Bon courage!

Razberry a dit...

ouf tellement plein de sens et de verité ce billet!

Take care!

Pleione a dit...

Une personne suicidaire ne peut demander d'aide. Elle a franchi un point de non-retour où elle doit vouloir se sauver elle-même. Oui, nous dépendons des autres, mais personne ne peut battre nos démons et faire fuir ses voix intérieures. C'est à nous de vouloir nous en sortir, de réaliser le mal que nous sommes en train de faire, de retrouver l'espoir d'un jour meilleur parce que oui, tomorrow holds such better days!

Dan a dit...

Je crois que c'est justement ceux qui ont essaye fort de s'en sortir et qui ne voient que leur douleur rester qui finissent par se suicider. Se suicider, n'est-ce pas justement aboutir au raisonnement que mourir est la seule solution possible pour en finir avec ce qui nous fait mal? par contre je ne peux pas dire si ils sont plus courageux de l'avoir fait, ou faible d'avoir ete aussi deprime de le faire.